One Piece West Blue


Serveur Minecraft sur le Thème de One Piece
 

Partagez | 
 

 La fin d'une belle histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Age : 21
Messages : 29

Feuille de personnage
Nom: Mikoto Suoh
Age: 19
avatar
Mihawk64
MessageSujet: La fin d'une belle histoire   Sam 7 Déc - 18:30

Rues de Shell Town

Il faisait froid, le ciel était sombre, l'air glacé frappait les fenêtres fermées de Shell Town. La fumée des cheminées cumulée au brouillard du soir empêchait une bonne visibilité dans les rues. Le 3ème classe Mikoto Suoh continuait sa patrouille dans Shell Town malgré la température. Cette période de l'année n'est pas souvent mouvementée pour la marine, les pirates sont comme tout le monde, ils ne sortent pas quand il fait froid. Il se faisait tard et le 3ème classe allait rentrer à la base marine lorsqu'il passa devant le fameux bar de la ville, le « Siamois Mystérieux ».

Mikoto : Bon après tout, j'ai bien le droit à un petit plaisir après être rester une heure dans ce froid.

Le barman était en train de nettoyer les derniers verres, plus aucun clients n'était présent dans la pièce mais il semblait préoccupé. Mikoto s'assit au bar et commanda un verre :

Mikoto : Une bière bien fraîche pour votre dernier client !

Le barman ne semblait pas l'avoir entendu.

Mikoto : Eh Barman !

Barman : Euh oui ? Pardon, je ne vous avais pas vu entrer, vous désirez boire quelque chose ?

Mikoto : Ouais... Une bière s'il te plait.

Barman regardant étrangement un mur du bar : Eh bien, vous êtes bien réchauffé pour commander une bière à cette heure-ci, voilà pour vous.

Mikoto buvant sa bière : Vous savez, l'alcool se savoure par tout les temps et à toutes les heures... Vous me semblez préoccuper, il se passe quelque chose ?

Barman : Euh... Non non rien, je ne vois pas de quoi vous voulez parler.

Le barman semblait stressé et était clairement préoccupé. Des gouttes de sueur dégoulinaient même de son front et il ne faisait pas attention à ce qu'il faisait. Mikoto l'observait du coin de l’œil pendant qu'il finissait tranquillement sa bière. Le barman laissa tomber un verre qu'il nettoyait. Le verre se fracassa par terre et se brisa en mille morceaux.

Mikoto : Bon, vous allez m'expliquer ce qui vous tracasse à ce point. Je déteste voir les gens comme ça.

Barman : C'est plutôt à vous de m'expliquer pourquoi la marine me demande de les laisser utiliser ma salle « spéciale ».

Mikoto : Comment ça ? Expliquez-moi mieux que ça je ne comprend rien du tout.

Barman : Vous n'êtes pas avec eux ?

Mikoto : Mais qui ça « eux » ?

Barman : Eh bien les marines qui sont entrés un peu avant vous dans le bar avec cet homme...

Mikoto : Non je ne vois pas de quoi vous parlez, expliquez moi depuis le début.

Barman : Ils m'ont demandé de ne rien dire à personne, je pensais qu'ils étaient avec vous.

Mikoto : Maintenant que vous avez commencé, c'est un peu tard pour dire ça. Je ne voulais laisserai pas partir avant que vous ne m'aillez tout raconté.

Barman : Bien, de toute façon je ne supporte pas de ne pas savoir ce qui se passe en dessous .
Comme je l'ai dit, peu avant que vous arriviez, trois soldats de la marine sont entrés dans le bar. Ils étaient accompagnés d'un 4ème homme, il ne ressemblait pas à un marine, son visage était pâle et je pouvais voir la peur dans son regard. Ils se sont rapprochés de moi et m'ont demandé d'accéder à la « salle ». Vous ne le savez peut-être pas mais ce bar n'est pas un simple bar, il possède une salle cachée où l'on organise toutes sortes d'événements, principalement le soir. Le problème c'est que ce soir, rien n'était prévu. C'est ce que je leur ai dit.
C'est à ce moment-là qu'un des marines m'a prit par le col et m'a plaqué contre le mur. Il m'a menacé de me faire perdre mon travail et plus encore si je ne lui ouvrais pas. Pris de panique je n'ai pas osé le contrarier davantage et je leur ai ouvert la salle.  

Mikoto : Je n'étais pas au courant de l'existence d'une telle salle... Et alors que s'est-il passé quand ils sont ressortis ?

Barman : Mais vous croyez que je suis dans cet état pour quoi ? Ils ne sont toujours pas sortis et j'ai entendu quelques cris terrifiants depuis qu'ils sont là-dedans.

Mikoto : Des cris, Qu'est ce que vous voul...

Le 3ème classe ne put finir sa phrase qu'un cri résonna dans le bar. C'était sans aucun doute la voix d'un homme. Un silence de mort plana dans le bar. Après quelques secondes de vide intense, Mikoto se leva brusquement de sa chaise et demanda au barman de lui ouvrir l'accès à la salle.

Barman : C'est peut-être dangereux, qu'est ce que vous comptez faire ?

Mikoto : Mon travail. Contactez la base marine après que je sois rentré, on a pas de temps à perdre. Ouvrez le passage silencieusement.

Barman hésitant : Bon, très bien j'ouvre.

D'un coup, les bibliothèques sur la droite du bar se mirent à glisser lentement sur le coté, laissant place à un escalier sombre qui descendait profondément. Le 3ème classe Suoh s'enfonça lentement de plus en plus bas alors que le passage se refermait derrière lui. Ses yeux commençaient à peine à s'habituer à l'obscurité quand il entendit une voie.

??? : Mais tu vas le cracher le morceau !? Ou sont les trésors de ton ami !

??? : Mais je vous ai dit que je ne vois pas de quoi vous voulez parler.

Sur cette réponse, le son d'un coup de poing se fit ressentir jusqu'à l'escalier. Mikoto commençait plus ou moins à comprendre la situation. C'était un passage à tabac pour essayer de dénicher l'emplacement d'un certain trésor. Les marines dont parlaient le barman devaient être des pirates déguisés, aucune chance que ce soit l’œuvre de la marine. L'homme devait prendre des coups depuis quelques minutes déjà mais il ne fallait surtout pas se précipiter. L'important était d'élaborer un plan selon les différentes possibilités sans se faire repérer. Attendre les renforts prendrait bien trop de temps, qui sait ce qui pourrait arriver à cet homme, les faux marines pourraient s'énerver une bonne fois pour toute et le tuer. La bataille en 3 contre 1 n'est bien sûr pas envisageable non plus, surtout dans une pièce étroite comme celle-là. Que faire... Les yeux du jeune marine s'étaient habitués à la luminosité. Effectivement, les informations du barman étaient justes, trois hommes habillés en marine ainsi qu'un autre homme écroulé au sol, couvert de sang. La pièce était assez étrange mais en tout cas pas du tout avantageuse pour un combat déloyal. Mikoto pensait alors que ça meilleure solution serait d'attirer un des 3 hommes pour pouvoir l'avoir par surprise et entamer un combat contre les deux autres, même si cette solution restait très risquée, c'était sûrement le mieux qu'il avait à faire. Alors que le 3ème classe cherchait un moyen d'attirer une seule personne vers les escaliers, un imprévu se mis en travers du plan. Les faux marines avaient perdu patience et proposaient un ultimatum à l'homme couvert de sang. Si il ne leur indiquait pas l'emplacement de ce trésor, ils l’achèveraient pour de bon. Plus le temps pour Mikoto de recourir à la solution prévue, le temps lui manqué cruellement. Le temps... Oui c'était sûrement sa dernière chance. Gagner du temps jusqu'à que les renforts de la base marine arrive, mais les connaissant, en plein hiver ils n'arriveront sûrement qu'au bout d'un dizaine de minutes.

Faux Marine : C'est ta dernière chance, tu nous balances l'information qu'on te réclame depuis tout à l'heure, ou tu crèves !

Homme en sang : Mais j'aimerais bien vous donner la réponse que vous cherchez mais je ne sais vraiment pas de quoi vous voulez parler... S'il vous plaît laissez-moi partir...

Faux Marine : Tant pis pour toi, t'as déjà dépassé les limites de ma patience, meurs.

Sur ces mots, il leva son bras au dessus de sa tête, de façon à infliger le plus puissant coup possible. Il avait bel et bien l'intention d'en finir. Mikoto descendit les escaliers très rapidement en gardant un air serein et calme.

Mikoto : Tu comptes vraiment le tuer là ? Comme ça de sang-froid ?

Toutes les personnes présentes dans la salle se retournèrent rapidement vers les escaliers. Après quelques secondes de silence, l'homme qui allait frapper, probablement le chef de la bande, baissa son bras, scruta le 3ème classe et répondit sèchement :

Chef de la bande : Qu'es tu fous là, le bleu ? Tu vois pas qu'on est occupé. Remonte curé les chiottes de la base.

Mikoto : Tu ne crois tout de même pas que je vais te croire. Vous, des marines ? C'est la dernière connerie que je pourrait croire. Je ne sais pas où et comment vous avez réussi à voler ces tenues mais la plaisanterie a assez durée. Qui êtes-vous vraiment ?

Les 3 hommes habillés en marine éclatèrent de rire tous en même temps.

Chef : Gamin. Les contes de fées ça n'existe pas. Tu penses vraiment que la marine, c'est un groupe de valeureux combattants prêts à sacrifier leur vie pour protéger celles des autres ? Ahah ne me fait pas rire. La réalité est là, telle que tu la voit en ce moment. Bien sûr comme tous les gamins de ton genre, tu dois être en train de te dire que nous on est des méchants marins qui profitent de leur position afin d’arriver à nos fins. Eh bien tu vois, ce qu'on est en train de faire là, c'est un ordre qui vient de bien plus haut dans la hiérarchie, on exécute seulement nous tu sais, moyennant quelques pots de vin évidemment. Elle est là la marine que tu protèges !

Mikoto restait bouche bée. Tant de possibilités défilées dans sa tête. Il ne croyait pas ce qu'il venait d'entendre et pourtant quand on y pense, la dure réalité nous rattrape. Bien sûr que la marine ce n'est pas juste les défenseurs de la Justice, les fiers combattants du mal. Bien au contraire même, et la scène qui se déroule sous les yeux de Mikoto en est la preuve. Ces types violents, sauvages ne mentent pas. Ce sont biens des marines, ça ne fait aucun doute. Eux-mêmes qui passent leurs matinées à demander aux habitants de la ville si tout se passe bien. Et oui, la triste et terrible réalité avait rattrapé le jeune marine, encore tout étourdi après avoir entendu ces paroles. Il ne savait plus quoi penser. Comment pouvait-il défendre le drapeau de cette marine en sachant tout cela. Dans tous les cas, ce n'était pas le moment de penser à ça, pour l'instant il fallait protéger cet homme qu'on arriverait à peine à reconnaître dans son état actuel. Oui, Mikoto aurait voulu penser comme ça à ce moment-là, mais c'était impossible. Le choc fut bien trop important.

Chef de la bande : Ben alors gamin, tu as perdu la parole ? Ne me dis pas que tu ne te doutais vraiment pas que des choses comme ça se produisaient... Et bien si tu es à ce point choqué, laisse nous faire notre travail...

Le marine couru en direction de Mikoto, armant son bras comme au moment où il voulait en finir avec l'autre homme. Mikoto, sans aucun réaction, toujours complètement sonné de tout à l'heure, et sans aucune raison de se battre attendit son châtiment. Ce coup, il représente toute l’absurdité et le manque de lucidité dont il a pu faire preuve durant ces quelques mois dans la marine. Le coup de poing fut terrible et assomma le 3ème classe, qui n'opposa aucune résistance.

Un jour plus tard, Hôpital de Shell Town

??? : Mikoto.. Mikoto !!

Les pupilles lourdes, la tête qui tournent et les oreilles qui sifflent à cause du déjanté qui crie au bord du lit... Mikoto se réveillait de son cauchemar de la veille.

Mikoto : Allen... Crie pas si fort, s'il te plait.

Allen : Ah, t'es réveillé. Content que tu ailles mieux, tu m'as fait peur, t'étais vraiment amoché.

Mikoto : Mes souvenirs sont troubles... Il s'est passé quoi ?

Allen : On t'a retrouvé hier soir dans une pièce assez bizarre du « Siamois Mystérieux », t'étais allongé en bas des escaliers, pas très beau à voir.

Mikoto : J'me souviens pas vraiment, tu sais ce qu'il m'est arrivé ?

Allen : Je connais pas tous les détails, mais tu aurais eu une altercation avec trois matelots de 1ère classe de la marine. Mais quand même c'est étrange, on n'a pas voulu nous en dire plus que ça...

Ces quelques mots suffirent à remémorer toute la scène au jeune marine. Mikoto ne pu garder son calme en repensant à ça et frappa le vase posé sur sa table de chevet. L'eau contenu dans le vase gouttait par terre.

Allen se levant : Je suppose que je devrais te laisser seul.

Mikoto : Allen attend. Je vais te raconter ce qu'il s'est réellement passé.

Durant les quelques minutes qui suivirent, Mikoto raconta en détails tout ce qu'il s'était passé cette nuit-là. Allen l'écoutait calmement, sans l'interrompre une seule fois. Après avoir finit de tout raconter, Mikoto avoua finalement ses intentions.

Mikoto : Ecoute Allen, je ne peux pas rester dans la marine après ça. Je sais pas ce que t'en penses mais pour moi, c'est décidé, la marine n'est plus mon allié.

Allen : Quoi ? Tu veux vraiment partir comme ça, sur un coup de tête. Je changerai la marine, quoi qu'il m'en coûte. Alors reste, tu t'es fais des amis ici, tu ne peux pas tout quitter... Mikoto...

Mikoto : Je ne peux accepter de travailler plus longtemps pour une marine comme ça,qui commet ce genre de choses dans le dos des autres, pour s'en mettre plein les poches comme si de rien n'était.

Allen : Mikoto, nous pouvons changer la marine ! Oui bien sûr ça prendra du temps, il faudra qu'on obtienne plus d'autorité. Mais laisser tomber comme ça, ça ne te ressemble pas.

Mikoto : Désolé Allen, mon choix est déjà fait. Je ne peux pas rester ici. Je sais bien que tous les marines ne sont pas comme eux, et la session de recrutement dans laquelle on était en est bien la preuve. Ce sont tous des bons gars qui défendront sûrement les couleurs de la marine de toutes leurs forces. Mais c'est impossible pour moi. Je ne peux pas accepter ça et continuer à jouer au bon marine comme si j'étais au courant de rien. La marine me répugne rien qui d'y penser.

Allen : Tu as l'air bien décidé, il y a plus rien à faire n'est-ce pas ? Tu resteras pas, quoi que je dises. En tout cas, sache que même si tu n'es plus là, je changerai la marine moi-même.

Mikoto : Je suis sûr que tu en es capable, mais pour moi la marine, c'est terminé.

Allen : ...

Mikoto : Désolé de te demander ça, mais j'aimerais que tu fasses une dernière chose pour moi.

Le lendemain soir à 2h du matin, Port de Shell Town

Allen : Alors tu es vraiment sûr de toi, c'est vraiment la voie que tu veux prendre... Tu dois le savoir, après ça, ce sera trop tard pour faire demi-tour.

Mikoto : Allen, je te remercie pour tout ce que tu as fait pour moi, ces derniers mois n'auraient pas étaient aussi amusants si tu n'avais pas été là. J'espère que nos routes se recroiseront, même si à ce moment-là, on ne pourra peut-être plus partager une bière et un jus d'orange, toi et moi, comme d'habitude.

A cette période de l'année, les nuits dans les rues de Shell Town sont glaciales et personne ne s'amuse à rester dehors. Mais cette nuit-là, au port, deux hommes se disaient adieux.

Mikoto : Bien, je compte sur toi pour annoncer mon départ aux autres, essaye de faire en sortes qu'ils ne me haïssent pas. De toute façon je sens que je croiserait vos chemins de nouveaux, mais cette fois, je serais de l'autre coté du mur.

Une atmosphère calme mais lourde et humide planait autour du port.

Allen : Bon, je ne pense pas que je puisse te faire changer d'avis maintenant de toute façon. Alors voilà ce que tu m'as demandé. Cette petite caravelle ne manquera certainement pas à la marine, tu peux la prendre. Je t'ai aussi mis quelques provisions mais tu tiendras pas longtemps... Après tout, tu sais dans quoi tu te lances.

Mikoto montant sur la caravelle : Et ben, tu m'auras bien aidé jusqu'à la fin. Encore merci Allen, on se reverra, j'espère... Ou peut-être pas...Sayonara, Allen.

L'ancre levé et les voiles au vent, Mikoto prit la mer, plein de nouvelles ambitions, laissant ici la marine, ses amis et tout ce qu'il avait construit. Le bateau quittait le port, tout semblait paisible et calme, le début d'une nouvelle aventure...

??? : BON BEN JVAIS T’ECRASER, EVITE DE FAIRE DE TROP GROSSE TACHE SUR MON BATEAU !

Ses paroles résonnèrent dans tout le bateau. Mikoto leva la tête en direction de la lune, une silhouette humaine semblait voler quelques mètres au dessus... A moins qu'elle ne soit en train de tomber … QU'EST CE QUE ?
*BAM*

L'homme était bel et bien en pleine chute libre... L’atterrissage fut violent et le bruit de la chute retentit jusqu'au port de Shell Town. Mikoto ne comprenait pas vraiment ce qui venait de se passer. Rapidement après la chute, l'homme qui venait de faire son entrée -plutôt remarquée- se relevait sans aucune égratignure.

??? : Ah j’ai bien eu peur de salir voir même casser le ponton du bateau. Oh tiens les marines sont en train de nager ça a l’air marrant. Allez nagez, vous devez rejoindre la côte, je continue de m’éloigner, jamais vous m’aurez. JAMAIS, VOUS M’ENTENDEZ ?!

Mikoto : Imbécile, on est trop loin pour qu’ils t’entendent !

??? : Mais t’es qui toi ? Et tu fous quoi sur mon bateau surtout ?

Mikoto : Comment ça TON bateau ?!


Dernière édition par Mihawk64 le Sam 7 Déc - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'équipe de Rédaction
Faction : Marine
Grade : Soldat de 3 ème classe
Rôle : Simple Soldat
Localisation : Shell Town
Age : 18
Messages : 350

Feuille de personnage
Nom: Allen Walker
Age: 16
avatar
paulo5
MessageSujet: Re: La fin d'une belle histoire   Sam 7 Déc - 21:50

La Marine perd un fier soldat …
Justice Absolue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faction : Civil
Grade : Matelot
Rôle : Clodo
Localisation : Nulle part
Age : 19
Messages : 222

Feuille de personnage
Nom:
Age:
Bass301
MessageSujet: Re: La fin d'une belle histoire   Sam 7 Déc - 22:31

J'aime bien! Je trouve que ça reflète bien l'image de la "marine corrompue".
Par contre tellement WTF la fin avec le mec qui vole là, vivement la suite pour que pige mieux cette histoire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La fin d'une belle histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'une belle histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La belle Histoire de Jésus et de la Madeleine racontée en créole
» La fin d'une longue et belle histoire...
» Présentation d'une femme fatale
» C'est un beau roman, c'est une belle histoire ... #SS1.
» C'est un beau roman, c'est une belle histoire ... #SS2.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece West Blue ::  :: Archives OPK :: Rôle Play-